Samedi 10 septembre, nous serons au Village des Associations de , dans le quartier des possibles (écologie et mobilité).

Venez nous rencontrer !

Et parler , , empreinte carbone, empreinte au sol, empreinte matière, sortie des fossiles, et solutions ⚡
Ce sera une première pour nous : deux évènements le même jour dans deux villes différentes 💪 l'autre à en

Au fait, le saviez-vous ?
Notre association les Voix du Nucléaire est accréditée pour la COP cette année 🌟🌱

Nous aurons donc une délégation à la en tant qu'ONG partie-prenante des enjeux 🌍

4 intervenants :
@fmbreon
, Soheir Korraa (présidente de WIN Africa), Ahmed Fathy (organisateur de la ), Dinara Ermakova (de l'Anthropocene Institute)

Show thread

En route vers la 🌍

Vous souhaitez en savoir plus sur le , et ses impacts sociaux & sanitaires dans le monde ?

Plus que deux jours pour vous inscrire à l'évènement
@Nuclear4Climate
du 7/09 à 17h ➡️

eventbrite.com/e/route-to-cop2

GAZ, NUCLÉAIRE, PÉNURIES : PASSERONS-NOUS L'HIVER ? [Maxence Cordiez]

Doit-on craindre une pénurie de gaz ou d’électricité cet hiver ? Comment affronter, à court et moyen terme, les conséquences de la crise énergétique et climatique.

youtube.com/watch?v=w8yod8nECf

« C’est pourquoi nous, en tant [qu’exploitant de la centrale d’Isar], avons proposé au gouvernement fédéral [allemand] de faire fonctionner l’unité Isar 2 plus longtemps, au-delà du 31 décembre 2022, si le gouvernement le souhaite. »

« Nous n’avons pas besoin de nouveaux assemblages de combustible. Nous n’avons pas besoin de rénovations, et encore moins d’un nouveau permis. »

« La norme de sécurité de la centrale est absolument respectée – pour l’année prochaine également. Le système est à la pointe de la technologie en termes de sécurité. Cela a été confirmé par l’autorité bavaroise de surveillance nucléaire, et la Société de Sûreté des réacteurs. »

« Nous pouvons et nous voulons continuer à opérer la centrale – [quand cela nous sera demandé.] »

Les preuves s’accumulent et il devient de plus en plus manifeste qu’il n’y a pas de raison technique valable à l’absence de prolongation des trois dernières centrales nucléaires allemandes au-delà de la date planifiée du 31 décembre 2022, contrairement à ce qui a été relayé ces dernières semaines jusque dans certains médias français. Il ne manque pas de combustible, les équipes sont là, et les réacteurs peuvent continuer à fonctionner en toute sûreté.

En pleine crise climatique et énergétique, et alors que le charbon remplace maintenant le gaz russe qui fait défaut à l’, la prolongation des centrales électriques bas-carbone de 2, et 2 s’impose comme une évidence pour l’intérêt général et la . Ne manque que la volonté politique.

A lire également dans le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung (dans le top 3 national de la presse allemande) : « Le gouvernement allemand affirme qu’il ne sert à rien de faire fonctionner les centrales nucléaires plus longtemps. Mais ce n’est pas vrai. Point par point, leurs arguments peuvent être réfutés. En vérité, l’énergie nucléaire peut résoudre beaucoup de problèmes. » ➡️ faz.net/aktuell/politik/inland

Les 1ers effets positifs de la vont commencer à se faire sentir, et c'est une bonne nouvelle pour les objectifs climatiques 🇪🇺

"Le marché européen des obligations vertes se prépare pour la 1ère fois à financer des projets d'énergie "

bloomberg.com/news/articles/20

Le gouvt 🇧🇪 a demandé à de voir pour prolonger 2 jusqu'à la fin de la pointe hivernale - : "pas possible dans un délai aussi court."
Il va falloir que les politiques intègrent que le système énergétique ne se gère pas en mois mais années/décennies.

world-nuclear-news.org/Article

🟢 Ça y est, feu vert donné par le gouvernement 🇬🇧 au projet de centrale nucléaire de

Deux réacteurs , 3.2 GW de puissance pour produire de l'électricité bas-carbone pour 6 millions de foyers britanniques.

Go !
reuters.com/business/energy/uk

Les dérogations accordées à 4 centrales nucléaires (sur 18) pour leurs rejets thermiques, dans le contexte actuel de , suscitent beaucoup de commentaires.

Rappelons, à nouveau, que ces contraintes de températures de rejets et d’échauffement amont-aval (qui concernent toutes les centrales thermiques) visent à protéger les écosystèmes, et impactent essentiellement la production électrique des centrales situées sur des cours d’eau n’étant pas équipées de systèmes aéroréfrigérants permettant de refroidir suffisamment les eaux rejetées, sur quelques heures à quelques jours par an.

Ce qu’en dit l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) :

"Les propositions d’EDF sont acceptables au regard du retour d’expérience de la surveillance de l’environnement spécifiquement réalisée lors d’épisodes caniculaires antérieurs" (en effet le sujet n’est pas nouveau, il est surveillé depuis les années 70, et la prise de décision s’appuie sur l’historique de données collectées asn.fr/l-asn-informe/actualite )

"Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité () estime que le maintien à une puissance minimale des centrales nucléaires de Blayais, Golfech et Saint-Alban, est indispensable à la sécurité du réseau électrique.

"les valeurs limites fixées par l’ pourraient alors ne plus être respectées. En conséquence, EDF a demandé à l’ASN une modification TEMPORAIRE des prescriptions encadrant les rejets thermiques de ces centrales assortie d’un programme de surveillance renforcée."

Pour savoir de quoi il est question concrètement, voici un récapitulatif des autorisations existantes et des dérogations accordées. Les limites d'échauffement sont maintenues voire renforcées.

L'utilisation de ces dérogations est limitée aux situations où RTE requiert le fonctionnement de l’installation pour assurer la sécurité du réseau électrique ou l’équilibre consommation-production.

Autre mise en perspective : actuellement la France produit une partie de son au gaz, importe une part importante de l’électricité qu’elle consomme, et l’éolien produit très peu sur l’ensemble de l’Europe de l’Ouest.

Même en accentuant les efforts de sobriété, l’alternative à ces dérogations est donc :
- Une mise en danger de la continuité de l’approvisionnement électrique
- Un recours accru aux énergies (l’électricité importée est principalement produite au gaz et au charbon)

Le réchauffement climatique va accroître la probabilité de ces indisponibilités, mais :
- Ces effets futurs sont modélisés sur la base des scénarios du .
- A l’horizon 2050 la production perdue reste très faible (de l'ordre de 3% dans les scénarios les plus défavorables).
- Il existe des solutions techniques, et l’emplacement des futurs réacteurs peut être pensé en fonction de cette contrainte.

🇩🇪 La coalition SDP-Verts a remporté un vote au Bundestag pour augmenter le recours au afin que les 3 centrales nucléaires restantes puissent être arrêtées comme prévu fin 2022. Les objectifs climatiques devraient ê abandonnés en conséquence.

Merci à toutes et tous qui ont fait le déplacement à Strasbourg ces 5 et 6 juillet pour soutenir l'intégration du dans la 🇪🇺

Cette taxonomie est imparfaite. Beaucoup de conditions laissant libre court à l’interprétation sont imposées au nucléaire et risquent de limiter son potentiel à se substituer massivement aux énergies fossiles en Europe si elles sont dévoyées. L’intégration du gaz est un crève-cœur. Mais le bilan est objectivement positif.

Il y a encore énormément à faire pour lutter contre les biais idéologiques et rétablir une neutralité technologique dans les politiques publiques françaises et européennes, énormément à faire pour le climat, mais cette validation par le Parlement était une étape fondamentale !

Merci à tous ceux qui nous soutiennent, et à ceux qui ont mené cette bataille à nos côtés. Ce fut très long, et ça ne fait que commencer.

Sur l'inclusion du gaz, on rappellera :

Qu’elle est le fruit de tractations politiques.

Que les détracteurs du nucléaire ont manœuvré pour les lier dans le même acte délégué, de manière à pénaliser le nucléaire par association (et qu’ils seront donc juste parvenus à favoriser le gaz).

Que le gaz est beaucoup moins capitalistique que le nucléaire et n’a donc malheureusement pas besoin d’être dans la taxonomie pour s’épanouir en Europe, et que la meilleure manière de s’en débarrasser est de lui opposer une vraie concurrence bas-carbone dans le champ des énergies pilotables.

Que les conditions pour son accès sont très sévères :
- Il faut que la centrale au gaz concernée émette moins de 100 gCO2/kWh (gaz fossile 400-500 g, charbon environ 1000 g), en ajoutant du biogaz et/ou de la capture et stockage de CO2.
- Une telle centrale représenterait une énorme amélioration si elle venait remplacer une centrale charbon (90% de réduction des émissions), et ne serait pas si loin du photovoltaïque (autour de 30-60 gCO2/kWh).
- Ou, avant 2030, une tolérance à 270 gCO2/kWh, ou 550 kgCO2/kW, ce qui pour une centrale au gaz très efficace signifie un droit de fonctionner 60 jours par an.
- A condition qu'il n’y ait pas d'alternative renouvelables plus rentable. Ce qui signifie que les renouvelables ont la priorité pour réduire la part de gaz au maximum.
- Et il faut que ce gaz vienne remplacer quelque chose de moins bien, que ce remplacement entraîne une réduction des émissions, que la centrale soit convertible à des combustibles non fossiles, et que le pays bénéficiaire se soit engagé à sortir du charbon.

Mais il doit y avoir vérifications de la bonne application de ces conditions, et sanctions financières le cas échéant, sinon c'est la porte ouverte au gaz fossile.

Comme les parlementaires n’auront plus à se chamailler sur le nucléaire, ils pourront s’attacher à surveiller ce qu’il se passe du côté du gaz, et que la réglementation et l’esprit de la réglementation sont bien suivis !

"Dans un mix électrique de l' encore à 40% fossile, cette réduction de la voilure ne peut donc se faire sans profiter aux hydrocarbures et, en majorité, au et au ."

Tristan Kamin, administrateur des Voix, dans la

latribune.fr/opinions/tribunes

"Or en , en , en mais aussi en ou en , aucune des fermetures récentes ou annoncées n'est justifiée par des raisons de sûreté : ce sont les fruits de décisions politiques ou économiques."

"1.000 MW de nucléaire sauvegardé (soit environ un réacteur), ce sont donc potentiellement, chaque année, 6 à 8 TWh d'électricité au gaz d'économisés, soit 1.000 à 1.800 millions de mètres cubes de gaz à ne plus importer : 2% à 3% de la capacité du gazoduc effacés."

"les trois derniers réacteurs allemands, dont la fermeture est annoncée pour la fin 2022, sont parmi les plus performants au monde, âgés de moins de 35 ans donc riches d'un large potentiel de production et délivrant, à eux trois, 32 TWh d'électricité chaque année"

"C'est bien l'ampleur du dilemme qui pourrait se poser à l'Allemagne : augmenter de 10% les importations allemandes de gaz russe, 6,5 milliards de mètres cubes pour 10 milliards d'euros au bénéfice de la conquête de l'est de l', ou continuer à consommer 10% de la production canadienne d'uranium, 650 tonnes pour 100 millions d'euros au bénéfice de l'économie canadienne."

"Posons la question collectivement à l'État fédéral allemand : quel problème la fermeture de ces trois réacteurs prétend résoudre, et quel poids cela représente devant les problèmes posés en contrepartie ?"

"en France, plusieurs réacteurs nucléaires sont aujourd'hui arrêtés au titre du principe de précaution. Il serait pertinent de se demander si ce principe doit être appliqué à n'importe quel prix, ou si des arbitrages sont à mener au regard des besoins en gaz qu'il induit ou induira l'hiver prochain, avec cette fois plus de 10 GW de capacité électronucléaire en jeu."

"Plus largement, il s'impose de regarder l'ensemble du panel de solutions qui permettraient de débrancher l' de Vladimir Poutine, de fermer les vannes de liquidités qui s'échangent contre des hydrocarbures et le sang des ukrainiens. Ces moyens d'action ne pourront peut-être pas tous être mis en œuvre, mais chacun devrait être constaté, analysé, évalué, débattu."

Très beau happening hier soir devant le parlement européen à en compagnie de camarades polonais, allemands, hollandais et belges, le tout en musique 😊!

Défilé de députés européens et assistants parlementaires sortant de la journée de débats sur l’acte délégué visant à inclure le dans la de l’UE.

Surement et de loin notre manifestation la plus visible pour ce public. De nombreux retours positifs des personnes croisées, dont les parlementaires qui avaient l’air pour beaucoup réceptifs.

Aujourd’hui 6 juillet c’est le grand jour : le parlement vote.

La police nous a suggéré de manifester un peu plus loin pour ne pas que l’on croise les militants antinucléaires qui seront également présents à l’arrivée des parlementaires. Leur volonté de nous protéger est louable, mais nous avons fait valoir que leur potentielle animosité à notre égard ne devait pas être une prime à la visibilité.

Nous serons donc au même niveau de la rue que ceux qui veulent priver l’ de sa première source d’énergie bas-carbone.

Être citoyen ne signifie pas être antinucléaire. Cela ne signifie pas être pronucléaire non plus. Cela signifie qu’il est grand temps de se renseigner et de faire un choix. Et pour que ce choix soit possible, il doit être visible. Le nôtre est fait, et nous sommes là.

"Il faut que cette victoire se traduise en réalité pour la filière qui a besoin de reconstruire ses capacités industrielles, retrouver confiance en elle"
"La va rajouter des contraintes aux exigences déjà les + fortes de toutes les industries"

"Nous sommes évidemment déçus que le ait été le passager clandestin de cette . On ne l'a jamais voulu. Ceux qui voulaient pénaliser le par association, oui."
"Cette taxonomie va aider le nucléaire et créer une vraie concurrence énergétique au gaz"



@MyrtoTripathi

C’est fait ! 😀
La motion d'objection à l'acte délégué est rejetée !
L’appartenance du aux activités durables est enfin reconnue.
Les députés européens ont écouté les scientifiques. Bravo à eux ! 👏

Les 5 & 6 juillet, de la au Parlement européen ✊
Rdv à pour soutenir l'inclusion de l'énergie dans la taxonomie durable de l' 🗳️
➡️ Pour le
➡️ Pour les populations européennes
➡️ Pour construire l'indépendance 🇪🇺 de demain

M. le Maire de , Claude Brender est venu soutenir l’inclusion du nucléaire dans la taxonomie.

Show thread
Show older
Mastodon Bliss

la meilleure instance mastodon du fédiverse, rien que ça. Arts et choses diverses en Français et anglais.